UN BACCHUS PRESUME BORDELAIS...


Le 1er juillet 2012,
à l'Hôtel des ventes de Bergerac,
a eu lieu la mise en vente d'un Bacchus provenant de Jules Majorelle et datant de septembre 1926.


Les sources d'inspirations étant multiples chez Georges et Jacques Martel, c'est pourquoi, pour la rédaction du livre sur la « Sculpture en faïence chez Géo Martel », des recherches ont été systématiquement entreprises par la visite de musées, la lecture d'ouvrages et surtout les informations recueillies auprès des conservateurs, experts et collectionneurs.


La source d’inspiration du Bacchus de Géo Martel semblait manifestement être le « Bacchus sur tonneau » de Munden (Allemagne XVIIIème siècle), conservé au Musée du Centenaire de Bruxelles, … jusqu'à la découverte du Bacchus du Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux attribué à Hustin XVIIIème siècle

C'est à la suite d'échanges entre Cyril Froissart, expert, et Jacqueline Du Pasquier, conservatrice honoraire du Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux, que l'on a pu déterminer que le Bacchus de Bordeaux n'était autre que le Bacchus créé par Géo Martel en 1923. Des analyses confirment qu'il ne peut pas être du XVIIIème


La source d'inspiration de ce Bacchus est bien celle du Bacchus de Munden du Musée du Centenaire de Bruxelles.

Vous trouverez l'article complet sur cette découverte, à la page 82 de la Revue de la Société des Amis du Musée National de Céramique de Sèvres" n°20 - 2011".
Jacqueline du Pasquier, conservatrice honoraire du Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux, conclu ainsi cet article écrit en collaboration avec Rita Martel-Euzet :

"Devant la déception de cette découverte qui retire ainsi à Bordeaux une pièce importante, considérée durant plusieurs années par des connaisseurs en faïence de ce centre, comme une oeuvre exceptionnelle, il reste à faire l'éloge du modeleur décorateur qui la créa au sein de la fabrique de Géo Martel et sut lui conférer un charme, absent du Bacchus de Munden, incontestable modèle initial. Le thème de Bacchus juché sur un tonneau est fréquent en céramique mais il est généralement traité d'une façon bouffonne. Ici, rien de tel, les proportions demeurent harmonieuses ; la douceur de la polychromie de grand feu, l'allongement des dauphins jaspés qui soutiennent le tonneau, le maintien grave et un peu solennel de l'enfant Bacchus tenant une coupe, comme un hommage rendu au vin, participent à la grâce de cette fontaine à vin à laquelle nous ne retirons rien de notre admiration"


Vous pouvez retrouver tous les détails des oeuvres et leurs attributions dans le dernier livre sur Géo Martel
"GEO MARTEL SCULPTURES EN FAÏENCE"


page d'accueil